Qui veut la peau de Julien B. ?

C’est un exemple de diffamation ordinaire. Celle que l’on remarque à peine car la victime est un inconnu pour l’écrasante majorité d’entre nous. Un exemple de lynchage en règle sur le web.

Appelons le Julien Bosquet, serveur au Café du Commerce de Bordeaux. Pour les besoins de cet article, j’ai changé son nom, celui du Café dans lequel il travaille et sa ville. Mais ces informations (les vraies) sont jetées en pâture sur le web.

L’idée de cet article m’est venue un matin, à la lecture du message suivant :

Faire de la prévention pour évité ce genre de drame. A B. {ville} un jeune serveur du Café de {nom masqué} propose de le drogue a certains jeunes et se prostitue, il s’appelle Julien B. {Nom masqué}, il a 22 ans, et beaucoup d’individus lui en veulent, pour avoir importuner leurs garçons par rapport a la drogue ou racoler des personnes pour le sexe. Tout le monde sait et personne ne dit rien, pourquoi ce silence qui parfois en dit long sur le passif des gens. Peu être demain, B. {ville} sera encore dans les faits divers, alors les habitants vont dire que fait le maire, que fait le service médiation, que fait la police??????. Tout sa pour dire que le risque zéro n’existe pas, mais toujours etre vigilant concernant le pire. Une pensée a la famille de ce jeune,et pas de sentiment envers le coupable.

Un de mes superviseurs m’informent que ce message est reproduit à la chaine, avec quelques variantes, dans plusieurs commentaires d’articles de sites de presse clients de Netino. Tous modérés bien entendu, c’est à dire non publiés ou retirés de la publication.

Je me décide à taper « Julien Bosquet Bordeaux » (à nouveau, les noms sont modifiés dans cet article) sur Google et, oh surprise, Julien est une célébrité du web !

Coupable ? Pas coupable ? Peu importe ! Nous sommes dans un cas ordinaire de propos potentiellement diffamatoires. Il faut donc retirer ces messages.
Mais visiblement, cet avis n’est pas partagé par tous…

Les copies d’écran sont issues d’une page de commentaires du site d’une grande radio nationale :

Et l’on retrouve le même type de propos sur une multitude de sites. Sincèrement, il est difficile de savoir s’il s’agit d’un canular ou pas. Mais il existe bien un Julien B. dans la ville de B. Les Pages Blanches nous donnent même son numéro de portable !

Dans ce cas, pas de risque, on modère … en se disant que la prochaine victime d’un lynchage sur le web, ce pourrait être l’un d’entre nous !