« Loue studette contre pipe »

C’était le titre d’un article de Libé il y a 3 ans. Ou comment certains propriétaires peu scrupuleux proposent des logements en échange de services sexuels. Depuis, le phénomène a gagné les annonces en ligne. Tapez « co-location contre services » sur Google et la première chose que vous pourrez lire est une annonce du type

Homme seul, 47 ans, propose à jeune femme douce et ouverte d’esprit colocation dans charmant petit studio. Pas de loyer à payer, votre bonne humeur, votre compagnie et quelques petits services affectifs feront l’affaire.

Parfois les « services affectifs » sont beaucoup plus explicites mais l’annonce est alors rapidement détectée par les modérateurs. C’était le cas de l’annonce ci-dessus, que l’équipe de modération du site Appartager.com (un réseau de colocation) avait interceptée.

J’avais personnellement pu lire une annonce sur un site immo qui disait environ ceci :

Jeune homme parisien offre co-location gratuite à jeune femme en échange d’un peu de cuisine, ménage et quelques gâteries

L’histoire ne dit pas si le jeune homme en question a obtenu des réponses ! Le phénomène est néanmoins répandu et bien connu des sites d’annonces immobilières sérieux. Un effet… pervers (!) de la crise du logement à Paris ?