Eviter les arnaques (scam) sur les sites de petites annonces

Scam : terme argotique anglais signifiant escroquerie.
Sur le web, les scameurs sont légions. Ils viennent d’Afrique, d’Europe de l’Ouest, d’Amérique Latine… et aiment prendre les sites de petites annonces comme terrain de jeu.
Ainsi, un site comme LeBonCoin publie environ 500.000 nouvelles annonces… par jour ! Et doit en rejeter un grand nombre au passage. Néanmoins, certaines arnaques passent les mailles du filet. Analyse des modes opératoires.

J’avais en tête depuis quelques jours d’écrire un billet sur le scam dans le cadre des petites annonces. On a déjà parlé du Scam dans le cadre des sites de Rencontre (cf le billet « Non, cet home n’est pas dangereux » ) et il pouvait être intéressant d’aller faire un tour sur les problématiques rencontrés par les modérateurs de sites d’annonce. Sauf qu’en faisant mes recherches préparatoires, je suis tombé sur cet article de Rue89, que je vous conseille de lire avant de poursuivre : « LeBonCoin, j’ai testé l’arnaque à la tondeuse » .

Commençons par un « disclaimer » : je n’ai aucunement l’intention de critiquer la modération de ce site dans cet article. Bien au contraire, je trouve l’article de Rue89 assez grotesque dans sa façon de mettre au pilori LeBonCoin. Avec des propos tels que « le laisser faire du site de petites annonces » ou «  le complice passif des escrocs en tout genre« . Quand on sait combien de modérateurs se relaient (une centaine a priori) pour traiter toutes les annonces avant publication… impressionnant, surtout pour un site généralement gratuit.

Seulement voilà, les scameurs sont malins et changent régulièrement de mode opératoire. En cela, l’article de Rue89 est très intéressant car il retranscrit en intégralité l’achat fictif d’une tondeuse, à un scameur. 
C’est un témoignage assez rare (les victimes préfèrent se taire, un peu honteuse). En s’appuyant sur cet article, on peut identifier un certain nombre de pratiques communes à tous les scams :

  1. Un produit présenté comme neuf (ou n’aillant jamais servi) et vendu à un prix très bas (souvent en dessous de -50% par rapport au prix du neuf)
  2. Un vendeur ayant un nom « bien français », censé être rassurant; ici : M. André Patrick.
  3. Le caractère urgent de la transaction
  4. Associé à une bonne raison : déménagement, problème de santé, héritage…
  5. Mais un français (écrit ou parlé) très approximatif : souvent un texte issu d’une traduction automatique ou bien utilisant des tournures de phrases un peu vieillottes (Ex : « bonjour, je me prénomme André… « . Qui dit cela aujourd’hui  ?)
  6. En effet, le « vendeur » n’est pas français. Souvent il trouve une excuse pour expliquer sa présence au Benin, en Cote d’Ivoire, au Ghana ou au Maroc. Voyage, hommes d’affaires en déplacement, steward… Bien utile pour justifier qu’il faut envoyer de l’argent à l’étranger
  7. Une volonté « d’emberlificoter la situation » : dans le cas présent, la somme est demandée en liquide, puis en mandat cash mais attention à bien dire « que c’est pour un ami ». Parfois, c’est pour une autre personne à qui le vendeur est censé de voir de l’argent, parfois pour un membre de la famille… tout pour masquer la fraude et impliquer l’acheteur dans l’arnaque. Ici, l’acheteur peut économiser 280€ de texte en jouant le jeu du mensonge.
  8. Afin de rassurer, l’arnaque met toujours en scène des entités connues pour leur sérieux : La Poste, Ebay, Paypal…
  9. Le ton est cordial, complice au début. Puis se durcit : l’autoritarisme dont fait preuve le vendeur est susceptible d’impressionner certains acheteurs et de les dissuader de faire marche arrière quand les premiers doutes apparaissent.

C’est le grand jeu du gendarme ( = le modérateur) et du voleur / scameur.

Et il faut croire que cela marche !
Dernièrement, suite à la mort de Steve Jobs, une pseudo loterie promettant de gagner des Ipad en sa mémoire a fait 25 000 victimes en quelques heures…