Estrosi : coupable de laxisme face au racisme ?

Le 30 avril dernier, Christian Estrosi, maire de Nice, publie un statut sur sa page Facebook. Il appelle les internautes à combattre l’action du gouvernement, et notamment les dernières réformes de sa Garde des Sceaux, Christiane Taubira. Les fans de sa page commentent alors le post. Avec des messages allant dans le sens des propos de M. Estrosi .. mais avec de nombreux débordements !

Les Français sont loquaces quand il s’agit de critiquer. Cela se vérifie à nouveau ici. Le post recueille pas moins de 250 commentaires, largement plus que la moyenne des publications de la page. Au lieu de débattre de la réforme, les messages se concentrent sur la Garde des Sceaux. Avec des arguments .. pas très développés pour le coup !

Mais rapidement, cette hostilité devient de l’agressivité. Peu de réponses ou de débat, les commentateurs sont tous du même avis. Une véritable montée en puissance de commentaires malveillants. Certains parlent même « d’euthanasier » et de « bruler » la Garde des Sceaux …

Un dérapage qui semble incontrôlable. Et des commentaires qui glissent inexorablement ...

… vers du racisme primaire. A ce moment, plus rien ne retient les internautes. C’est un déversoir à insultes gratuites. Qui n’ont naturellement plus aucun lien avec l’actualité publiée !

Comment une personnalité politique de la pointure de M. Estrosi (plusieurs fois Ministre, maire de Nice, ancien vice-président de l’UMP, député,…) peut laisser de tels propos sur sa page Facebook ? Laisser ce type de commentaires n’est pas neutre. En tant qu’administrateur de la page, M. Estrosi est considéré comme hébergeur. Et à ce titre, responsable de tous les commentaires qui y sont publiés … et surtout qui y restent !

Début 2013, un élu FN était condamné pour des faits identiques. Il avait alors écopé de 4000 € d’amende pour avoir laissé « seulement » 2 commentaires jugés racistes sur sa page. Quelle serait la condamnation pour les 15 messages ci-dessus ?

Face à ces réactions, on s’étonne. Très peu d’internautes sont émus pas tant d’agressivité. Sur les 250 commentaires, on en compte seulement 3… soit 0,01% !

On s’étonne aussi que malgré la médiatisation par « La Nouvelle Edition » de Canal+ (à revoir ici, à 19 min 30), aucun autre media n’ait couvert cette information. Le post n’est pourtant pas récent puisqu’il date du 30 avril. Mais c’est seulement aujourd’hui que ces commentaires racistes font surface. Le temps pour M. Estrosi de relire les commentaires ? Il semblerait que non !