Quand les commentateurs font leur actualité

Depuis la chute du président Viktor Ianoukovytch, la crise Ukrainienne est au coeur de l’actualité. Les internautes n’y sont pas indifférents et y réagissent vigoureusement. D’autres actualités ne sont pas autant couvertes. Pourtant, en analysant finement les commentaires, certains sujets émergent.

Analyser les commentaires de son site permet d’en apprendre beaucoup sur sa communauté. L’exercice a été mené sur la semaine du 17 février 23 février, et celle du 24 février au 2 mars. Sur cette seconde semaine, on parle de 130 000 commentaires, 13 médias en lignes et plus de 70 000 articles.

Un simple comptage du nombre de commentaires nous permet d’identifier les actualités les plus discutées. D’une semaine à l’autre, on retrouve celles qui ont occupé une place centrale dans les médias. Notamment la crise Ukrainienne ou bien les élections municipales.

Actualités les plus discutées pour la semaine du 17 février au 23 février.

Actualités les plus discutées pour la semaine du 24 février au 2 mars.

On découvre aussi de nouveaux sujets. Sans surprise, l’affaire Copé y fait sont apparition. Des actualités qui génèrent à elles seules un grand nombre de contributions : elles ont suscité près de 8% des commentaires.

Pourtant, en marge de ces actualités, on trouve des sujets qui intéressent beaucoup les internautes. Des sujets qui ne font pas ou plus la une des journaux. Mais qui continuent d’attirer des lecteurs et surtout des commentateurs. C’est l’utilisation d’un nuage de mots qui fera remonter cette information.

 

Sur cette vue, François Hollande est significativement représenté. Pourtant, la présence médiatique du président  a été très faible cette semaine – Ce qui n’était pas le cas la semaine précédente -. Les internautes en parlent énormément et y font référence.

La théorie du genre était elle aussi absente de la scène médiatique pour la période de l’analyse. La polémique autour du film Tomboy ou du livre « Tous à poil » s’est tassée. On retrouve pourtant le mot « genre » dans ce nuage. Le sujet n’est de toute évidence pas clos pour les internautes !

Impossible de faire ressortir ces sujets en parcourant simplement les commentaires. Le volume de contributions analysé et le nombre d’articles ne le permettent simplement pas. De plus, ces mots sont répartis à travers de multiples articles et non pas centralisés au dessous d’une publication. Ces signaux faibles ressortent grâce à une analyse globale mais fine, avec des outils issus du « big data ».

Cette brève étude nous montre que la modération peut nous en apprendre beaucoup sur sa communauté. Que l’actualité des commentateurs n’est pas nécessairement celle des unes des journaux. Et que les commentaires peuvent répondre à de nombreuses questions : Quels sont les sujets qui intéressent ? Quelles sont les actualités qui font consensus et celles qui divisent ? Quelles personnalités donnent le plus envie de débattre ?
Autant d’axes à analyser pour approfondir un sujet : les rédactions auraient tort de s’en passer !